Pascal Chauvin 2020

Deuxième tour des élections municipales le 28 juin 2020

DE LA RIGUEUR DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES

Suite aux mesures que nous avons annoncées en matière de gestion des finances publiques communales, nous souhaitons apporter quelques précisions :

1. Nous n’augmenterons pas le taux d’impôts locaux :

La taxe d’habitation a d’ores et déjà été supprimée pour 80% des foyers fiscaux, et le sera pour 100% des foyers fiscaux à l’horizon 2023.
La taxe foncière est quant à elle maintenue, et un mécanisme de compensation de la perte des recettes de la taxe d’habitation est prévu pour les communes dès 2021.
Celui-ci consiste pour les communes à percevoir la part départementale de la taxe foncière (15,05% sur le dernier avis d’imposition) en lieu et place du département.
Si celle-ci s’avérait insuffisante pour compenser en totalité, alors la commune percevrait une compensation supplémentaire de l’Etat afin de ne pas être pénalisée.

Dès lors je considère qu’il est inopportun d’augmenter le taux des impôts locaux, la pression fiscale sur nos foyers étant suffisamment forte.

2. Quelles sont alors nos marges de manœuvre pour réaliser notre programme ?
Certaines de nos mesures vont nécessiter de libérer des moyens financiers, et il nous appartiendra la première année d’auditer précisément les comptes de la commune et de vérifier à la fois leur équilibre et les choix opérées par la municipalité précédente.
Dès lors, nous envisageons travaillerons sur les économies suivantes :

• veiller à l’efficience des politiques mises en place et les corriger immédiatement si elles ne sont pas efficaces

• réviser l’ordre des priorités en fonction de notre programme

• supprimer toutes les dépenses superflues

• acheter par les centrales d’achat ayant contracté avec la Métropole avec un taux d’intermédiation très bas

• réorganiser les services municipaux avec une optimisation des missions du personnel municipal

• négocier la sortie des contentieux sous réserve de la responsabilité effective de la commune

En outre, nous investirons sur des moyens qui vont permettre d’alléger les finances de la commune :

• Numérisation des services municipaux qui devrait entraîner des économies en fourniture et en moyens humains. Nous pourrons ainsi occuper le personnel à d’autres tâches sans accroissement de la masse salariale

• Nous créerons un poste dédié au montage des demandes de subventions que nous obtiendrons auprès des collectivité territoriales, de l’Etat et de l’Union Européenne.

Enfin, certains investissements pourront être réalisés par le biais de l’emprunt comme cela a été fait ces dernières années.
En effet, notre endettement reste inférieur à celui des communes de même strate, bien que la municipalité sortante l’ait augmenté ces dernières années.
Nous disposons donc d’une marge de manœuvre, d’autant que certains financements antérieurs devraient s’achever sous peu.

Pour faire tout cela, nous avons l’avantage d’avoir dans notre équipe Corinne Cantat dont l’expérience en la matière nous permet déjà de savoir où nous allons.
En effet, elle a occupé des fonctions importantes dans les services financiers d’une ville de plus de 100.000 habitants, puis la direction des finances d’un conseil départemental où elle fut adjointe au chef de service de la comptabilité et chef du service Marchés dans une direction opérationnelle. Elle a également exercé les fonctions de directrice de la commande publique d’une ville moyenne, et elle est actuellement directrice des marchés d’une intercommunalité .

Mais avant tout, ce que je tiens à vous dire c’est que si nous souhaitons voir les finances de Trets s’améliorer, il va falloir la rendre plus attractive !
Le grave constat que nous pouvons faire est que la population communale diminue suivant les derniers chiffres publiés récemment par l’INSEE

C’est pourquoi il est important de travailler sur le développement du tourisme qui permettra de faire entrer de nouvelles recettes dans les caisses, de créer des emplois locaux et de nouveaux commerces,
Il convient aussi de mettre en location nos terres agricoles communales et d’exploiter notre patrimoine.
Le développement du commerce et du tissu économique entrainera une augmentation des recettes communales.
Ce sera également le cas de la création de logements adaptés à la demande de notre population qui permettra de faire entrer dans les caisses à la fois une taxe d’aménagement pour entretenir et augmenter si nécessaire nos équipements, mais aussi de nouvelles taxes foncières.

Notre message est clair plus nous re-dynamiserons Trets, plus nous aurons les moyens de nos ambitions.
Il n’existe aucune fatalité et nous refusons de devenir une ville dortoir qui perd son attractivité en se vidant peu à peu de ses activités et de sa population.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *